Conférences grand public

Conférence 1 : La Mer dans la Bible

Par Jean Pierre GLASSER

Le peuple hébreu, à la différence de ses peuples voisins, ne s’est jamais lancé dans l’aventure maritime ni n’a développé de littérature à ce sujet. Pourtant la mer est très présente dans quasiment tous les livres de la Bible. Mais pour l’essentiel elle y est présente dans sa dimension symbolique.

Anthropologiquement parlant l’eau se voit attribuer trois fonctions : elle permet la vie, elle purifie, elle donne la mort. La mer dans la Bible hérite de ces différentes fonctions à des degrés variables selon les époques. Mais aussi, et surtout, elle est manifestation de la puissance de Dieu.

~~~

Jean Pierre GLASSER a suivi des études universitaires en Histoire avec une spécialisation en histoire des religions. Ancien fonctionnaire de l’Education nationale, il est également l'administrateur et ancien président des Glénans. Il est en outre Membre du Conseil scientifique et éthique du Forum de la mer et Président de l’association « Rencontres et Débats d’Avignon » ( organisation de conférences ).

 

 

Conférence 2 : Et de la mer elle-même il ne sera pas question, mais de son règne au coeur de l’homme

Par Laurent VIDAL
Ce vers de Saint-John Perse nous servira de guide pour évoquer la manière dont l’océan fut, au long de l’histoire, source de vie et d'imaginaire pour les communautés humaines établies alentour.
~~~

Laurent VIDAL est professeur des universités en histoire à l’Université de La Rochelle et directeur de recherche à l’Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine (Université de Paris III).

Il a publié (entre autres) :

  • Ils ont rêvé d’un autre monde. 1841 : 500 Français partent au Brésil fonder un nouvel Eden, Paris, Flammarion, 2014 (traduit au Brésil)
  • Les larmes de Rio : le dernier jour d’une capitale, Paris, Aubier “Collection Historique”, 2009 (traduit au Brésil)
  • La ville qui  traversa l’Atlantique. Mazagão, du Maroc à l’Amazonie (1769 – 1783),Paris, Aubier “Collection Historique”, 2005 (traduit en 5 langues, prix « La ville à lire », publié en « Champs Flammarion », n°770, 2008)
  • De Nova Lisboa à Brasília, l’invention d’une capitale (XIXe – XXe siècles), Paris, éd. de l’IHEAL, 2002 (traduit au Brésil)

Conférence 3 : Pêche durable , chimère ou vrai coup de filet?

Par Hicham Ghandi

Hicham Ghandi, marocain, 43 ans, père de 3 enfants. Après un cycle d'études supérieures en management dans une grande école de commerce et une vingtaine d'années d'expérience professionnelle, Hicham décide de changer complètement de mode de vie et de retourner aux sources et à sa passion....l'océan. L'idée étant de subvenir et apprendre à ma progéniture de subvenir à leurs besoins à partir de la mer.

 
 

Finis Terrae ~ un spectacle en partenariat avec l'Institut Français d'El Jadida

Au bout du bout... Au bout du bout, du bout du monde...

D’Australie en Norvège, de Nouvelle-Guinée au Portugal, du Mexique en Sibérie, d’Inde en France...notre planète est riche de dizaines, de centaines, de « bout du monde ». Chacun en voit un, proche, dans son entourage immédiat, dans son univers quotidien. Parfois cela désigne un chemin ou une route qui s’arrête, ou encore un hameau, un lieu-dit, parfois c’est le sommet d’une montagne, d’autre fois il s’agit d’un cap, dernière terre avant la mer, l’océan. C’est bien de cette « fin de terre » là dont nous avons à parler ici. Jean Epstein a utilisé la version latine « Finis terrae » pour dénommer son film qui relate une portion de vie de goémoniers entre Molène et Ouessant aux alentours de 1928. De la vie sur ces iles, « grains de beauté qui parsèment le visage de l’océan », il capte des images austères et magiques pour réaliser un documentaire poétique.

Conférence 4: Océan source d’inspiration

Par Driss ALAOUI MDAGHRI

Driss Alaoui Mdaghri est professeur, écrivain, artiste, président et membre de plusieurs conseils d'administration. Il préside actuellement l’Advisory Board de «ESSEC Afrique » et l’Association Fès Saiss. Durant son parcours en tant que membre du Gouvernement marocain, il a occupé plusieurs postes ministériels pendant près d’une dizaine d’années. Il a été ainsi Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, chargé de l’Union du Maghreb Arabe, Ministre de l'Énergie et des Mines, de la Jeunesse et des Sports et enfin de la Communication, en plus d'être porte-parole du Gouvernement. Il est également  créateur de start-ups, membre actif de la société civile marocaine, chroniqueur et auteur de plusieurs ouvrages, notamment  des recueils de poésie et un conte allégorique « Le Livre des Secrets Perdus ». Il est l'initiateur du concept «Come To My Home » qui vise à rassembler des artistes, des intellectuels et d'autres personnes dans différents endroits du monde afin de créer et de partager des expériences visant à contribuer à la paix et à la compréhension par le dialogue créatif des cultures.

 

Conférence 5:

Par Miloud LOUKILI

M. Miloud Loukili a passé presque douze ans à la tête de l'Institut supérieur des études maritimes (ISEM) et a réussi à donner à cet Institut un rayonnement international. Il a contribué à la formation de plusieurs promotions d'officiers de la Marine marchande dont un grand nombre de citoyens des pays africains. En effet l'ISEM est devenu branche régionale de l'Université maritime mondiale et M. Loukili est membre du conseil des gouverneurs de cette université dont le siège est à Malmö en Suède, ce qui a donné aux diplômes de l'ISEM une reconnaissance internationale.
Il a, en outre, contribué à l'inscription du Maroc sur la liste blanche de l'Organisation maritime internationale, en œuvrant à la conformité des programmes de formation de l'ISEM aux prescriptions de la convention de l'OMI sur la formation maritime connu sous le nom de STCW.

Conférence 6: l’Océan : histoire, miroir et avenir de l’Homme

Par Patricia Ricard

Patricia Ricard s'engage dans la défense de l’environnement en 1991, avec les Mardis de l’environnement à Paris. Elle démarre sa carrière dans le domaine de la communication et de l’information environnementale en animant des chroniques pour différents médias, puis, en 2005, Patricia Ricard devient Présidente de l’Institut océanographique Paul Ricard.

Déjà administratrice depuis 1986, elle s’attache à développer à la fois la recherche scientifique dans les domaines de la biodiversité, de l’aquaculture et de la restauration écologique, des actions d’information et de sensibilisation auprès du public ainsi que des actions de plaidoyer en faveur des océans pendant les COP10.

De 2010 à 2015, Patricia Ricard siège au Conseil économique, social et environnemental11 (CESE), au titre de la protection de la nature et de l’environnement. En 2015, elle y présente le rapport voté à l’unanimité : Le biomimétisme : s'inspirer de la nature pour innover durablement12. Sollicitée pour animer débats et forums tels que le Festival Science Frontières, programme Éco-École de la Fondation pour l'éducation à l'environnement, Actions ONF, Programme MAB de l’UNESCO ou encore le forum BioMarine, Patricia Ricard a été membre de la commission « Vie associative française » de l’Assemblée Nationale1. Elle a également soutenu et accompagné de nombreuses actions de sensibilisation, notamment auprès des jeunes, dans différents pays : campagne de reboisement au Liban, Fondation pour l’homme et la nature à Cuba, Assemblée Générale « Environnement » de la Banque mondiale à Washington (1994), lobbying pour le film d’Al Gore Une vérité qui dérange en France et en Italie (2006).

Depuis 2017, Patricia Ricard fait partie du comité de pilotage de la Plateforme Océan et Climat dont l’Institut est membre fondateur, en tant que porte parole. Cette plateforme, fondée en 2014, regroupe des experts, des ONG, des instituts de recherche qui portent la voix des océans au sein des discussions internationales sur le climat.

Patricia Ricard devient membre de l'Explorer Club de New York en 2017.

 

 

Conférence 7: TBC